Log In
   Get your Password   

Catégorie: no experience

Recherche


Vidéos |  0 Résultats

Pornstars |  0 Résultats

Photos |  0 Résultats

Désolé, rien à afficher.

Extras |  0 Résultats

Désolé, rien à afficher.

Films |  0 Résultats

Désolé, rien à afficher.

Divers |  10 Résultats

Pegas Productions sur YNOT


2014-10-21_10-45-02

YNOT, le site Web de référence mondial de l’industrie du X  a publié une entrevue avec Michael Racette, de Pegas Productions à propos de notre cours d’acteur Porno « Pegas 101 » (suite…)

Cours d’acteur porno sur Mtl blog


Le site Web Mtl Blog a publié un article sur notre cours d’acteur Porno « Pegas 101 »

En voici un extrait:

One porn production company, Pegas Productions, is giving men in Quebec the chance to fulfill a dream they’ve had since they were 13: becoming a fully-fledged porn actor. Not just taking any joe schmoe off the street (there’s already a few porn series doing that anyway) Pegas is getting academic, and offering male hopefuls a Pegas 101 intro to pornographic acting course, Journal de Quebec reports.

Don’t think this is just a psuedo-formality in order to get a bunch of male porn actors, as Pegas is taking the course pretty seriously. Not wanting a bunch of flops who won’t perform under the pressure of filming, the course acts as a screening process as well as an educational experience. And yes, that was a double sexual innuendo’d sentence.

Source et Article complet: MTL Blog

Pegas dans le Financial Post


Financial-post_pegas-productions

Le Financial Post a interrogé Nicola Lafleur de Pegas Productions à propos du monde de la porno au Québec et de l’avenir du X lié à la réalité virtuelle.

Voici un extrait :

Though pornography in Montreal may be going to the geeks, one place where there is still a market is in Quebec-made content for a local audience.

According to data compiled by PornHub on its visitors from around the world, the No. 1 search term in the province is “Quebec.”

Pegas Productions, a Quebec City-based company that boasts its niche is “francophone North American” content, says one of its most popular series features public sex at landmarks such as the Old Port of Montreal and Terrasse Dufferin by the Château Frontenac in Quebec City.

“It’s interesting for people from Quebec, but also it’s interesting internationally because there’s a little bit of an exotic side to it,” said Nicola Lafleur, a former landscaper who founded Pegas in 2006 and today has six full-time employees.

Lafleur said the company has always had an Internet focus, but the once-strong DVD and video-on-demand market has dropped off in recent years.

The paysites, meanwhile, remain profitable because they produce unique content and they has started making virtual reality that can’t be as easily pirated and given away for free.

“Virtual reality is fun because it’s an immersive experience and there really is a future in that,” Lafleur said.

Though he says it took five years of running the company to afford pay himself a salary, 10 years and more than 150 films later he says he’s going to stay in the industry even if there’s no promise he’ll get rich doing it.

“It’s a moderate growth but our philosophy is to say we are better taking one step at a time,” he said.

Source : Financial Post

L’envers d’un tournage Pegas sur Nightlife.ca


lenvers-du-decor-dun-tournage-porno-372389

Découvrez les secrets d’un tournage d’une scène porno dans cet article de Pegas Productions pour Nightlife.ca!

En voici un extrait :

Un tournage de film XXX, ça fait toujours rêver! De belles actrices, un endroit de rêve, un concept excitant, un scénario bien développé, tout est réuni pour créer une expérience hors pair. Mais comme toujours dans le monde du porno, la réalité est différente de l’image projetée. Après tout, c’est du divertissement! Mais alors, comment ça se passe réellement le tournage d’une vidéo porno?

La préparation au tournage

En partant, c’est très long le tournage d’une seule scène de sexe! En plus de la vidéo XXX qu’il faut filmer, il y a aussi des photos sexy à prendre et des vidéos promotionnelles à tourner. Et tout ça demande beaucoup de temps! On parle ici d’une journée de tournage qui dure de quatre à cinq heures du début à la fin et là-dessus la scène de sexe ne prend normalement environ qu’une heure ou deux!

Eh oui, pour le sexe, on doit tourner pendant environ une heure trente pour obtenir, au final, environ 45 à 60 minutes de bon matériel! Et dire qu’une fois le montage terminé, on aura une vidéo qui durera seulement 25 à 30 minutes…

Le choix des positions

Dans la vraie vie, on passe d’une position à l’autre selon l’envie du moment. En porno, c’est pas comme ça que ça se passe! Avant de commencer à tourner, chez Pegas Productions, il y a toujours une simulation des positions (en sous-vêtements!) qui se fait. On fait une pratique pour être certain que tout est correct, autant l’emplacement des acteurs que l’éclairage ou les plans de caméra. On prend même des photos pour s’y référer après. Durant le tournage, c’est le réalisateur qui décide quand il a assez de matériel de chaque position. Habituellement, les acteurs savent toujours qu’elle sera la prochaine position puisqu’il y en a toujours deux ou trois de prévus. Chez Pegas Productions, le tournage est donc planifié jusque dans les moindres détails!

Source : Nightlife.ca

Mise à Nu expose sans tabou les parties du corps


Lana-Rey_Mise-a-nu

Seins, fesses, pénis et vagins sont les vedettes de Mise à Nu, une série documentaire pas comme les autres, qui lève enfin le voile sur ces parties « honteuses » dont on ne parle jamais… Du moins pas à la télé! Des québécois, des jeunes comme des plus vieux, discutent librement de leurs expériences personnelles avec candeur, franchise et une touche d’humour! Mise à Nu, c’est à voir (ou revoir) en re-diffusion ce soir et demain sur Canal Vie!

(suite…)

Heidi Van Horny – 23 gars pour ses 23 ans


heidivanhorny-3

« Près de 500 hommes se sont inscrits pour réaliser le fantasme d’une jeune femme qui souhaite avoir des relations sexuelles avec 23 gars pour son 23e anniversaire, expérience qui aura lieu dans un club échangiste de Montréal. »

Voici l’amorce de l’article du journal de Montréal… le bruit court déjà depuis quelques jours. (suite…)